Caligaris les chaussures aDans ce court texte, Nicole Caligaris fait le procès du travail, qui incarne à la fois le désir et la hantise de l'homme, lié dans notre culture au péché originel et irrémédiablement assimilé à une punition divine, que nous nous infligeons pourtant de notre plein gré.

 

Mais pourquoi s'imposer ce qui ressemble à une torture, pour le confort, la nation ou les femmes, ou simplement par masochisme ?

Le travail est ainsi la marque de notre appartenance à la communauté humaine, la condition de l'homme moderne est paradoxale dans le sens où il subit le travail autant qu'il le recherche.

 

« Travail, le lieu de notre humanité, le lieu de notre barbarie. (p. 47) »

 

Analysant certaines figures littéraires, Mordo Nahum ou Sisyphe vu par Caillois et Camus, Nicole Caligaris pointe du doigt ce paradoxe hérité de la seconde guerre mondiale : l'homme croit que la liberté doit se mériter, ainsi le travail est désormais "cette condition que la société met à la vie".

Le travail serait ainsi le devoir de l'homme libre, il faut prouver sa valeur par le travail, cette philosophie de l'homo faber est à l'origine du sentiment de culpabilité qui nous étreint, à l'idée d'être considéré par les autres comme un parasite, un imposteur ou un assisté.

 

Séverine C. - Médiathèque Bonlieu

 

Extraits :

 

« Travailleurs au sens médiéval de bourreaux, nous infligeons le travail, aux autres et à nous-mêmes, nous avons tout un attirail pour forcer au sourire les sensibilités et les esprits récalcitrants ; nous savons enfouir assez profond notre fatigue, nos blessures, notre dégoût. Nous, désormais, qui avons la ressource humaine, l'homme instrument, l'homme matériau, nous savons que l'homme partage avec le singe la faculté de rire et que le propre de l'homme, c'est d'utiliser l'homme. (pp. 9-10) »

 

« Le travail n'est plus la cause ni le corollaire de l'état infamant d'esclave mais notre volonté ; car il est aujourd'hui la forme de notre participation à cette liaison, par les vivants, entre ceux du passé et ceux de l'avenir. (p. 38) »

 

OPAC Détail de notice