henry bordeaux murder party aUn lieu en huis-clos, une brochette d'invités, un cadavre fictif, une enquête...

Telle est la trame d'une murder-party, sorte de jeu de rôle inspiré des romans policiers. Mais ce phénomène n'est pas si récent, comme en témoigne ce roman de l'académicien Henry Bordeaux publié en 1931.

c etait mieux avant

 

Le titre, Murder-party, ou celle qui n'était pas invitée, est sans équivoque et met en lumière la vogue de ces soirées au début des années 1920. 

Déjà au 17ème siècle, la Marquise de Sévigné imaginait des jeux d'enquêtes, dans lesquels ses convives devaient résoudre une énigme ou un mystère.

 

 

Au début du 20ème siècle, l'essor du roman policier vient remettre au goût du jour ces séances à la fois ludiques et conviviales. Il s'agissait alors de plonger les invités dans le noir, le temps de simuler un meurtre, puis de les laisser mener l'enquête.

    le menu de la murder 1 a     murder mystery stabby a       Henry Bordeaux a 

 

Le terme de Murder-party va très vite s'imposer et se diffuser en France dès les années 30, sous l'impulsion de Lady Mendl. Cette décoratrice d'intérieur fantasque est d'ailleurs citée par Henry Bordeaux, qui lui dédie ce roman.

Né à Thonon, l'auteur situe l'intrigue au pied du mont Salève, dans le château et la clairière de Crevin. Cet endroit était fréquemment le théâtre de sanglants duels. Henry Bordeaux commence ainsi son récit par l’évocation de Ferdinand Lassale, qui y rendra son dernier souffle en 1864.

chateau de crevin OG a

L'intrigue de ce roman adhère à la réalité historique : une comtesse ramène d'Amérique un « nouveau jeu de société, extraordinaire et brutal ». Elle élabore le scénario de cet « assassinat à domicile », comme le nomme malicieusement son époux. Mais rien ne va se passer comme prévu...

Séverine C. - Médiathèque Bonlieu

Extrait :

"The murder-party est un témoignage de la barbarie d'outre-mer. Je lisais récemment, dans mes journaux de Londres, la reproduction d'une enquête menée aux États-Unis. Le journaliste demandait aux plus hautes personnalités, évêques, professeurs, magistrats, quelles étaient leurs lectures favorites. Presque tous répondirent : les livres de détectives, ceux d'Edgar Wallace, ceux de Conan Doyle, et encore ceux d'auteurs beaucoup plus repoussants. Et pourquoi ? à cause du problème à résoudre. De là à imaginer ce jeux d'assassinats, il n'y avait qu'un pas."

 

Meurtre à la médiathèque

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

Lisez la quatrième de couverture d'origine

Découvrez un article de la presse de l'époque consacrée à ce roman

 

Vous souhaitez lire Murder-Party, ou celle qui n'était pas invitée ? 

  • Consultez les éditions de 1931 et 1951 conservées dans les fonds anciens de la médiathèque Bonlieu