les figures de lombre aLes figures de l'ombre retrace le parcours de trois génies des sciences ... en jupon!
Femmes de caractères, ambitieuses et révoltées, elles sont bien décidées à aller aux bouts de leurs rêves. Leurs failles : être des femmes, qui plus est ... être noires.

Théodore Melfi adapte au cinéma le roman de Margot Lee Shetterly, fille d'un chercheur du centre de la NASA de Langley, fascinée par l'histoire des calculatrices "humaines" de la NASA.

 

Dans les années 60, les États-Unis sont à la traine. Les russes ont déjà envoyé un chien en orbite et les USA échouent lamentablement à chaque tentative. 

Dans le centre de recherche de Langley, la NASA est sur le qui-vive.
Dans ce temple de l'équation et de la recherche, certaines femmes réalisent le travail ingrat mais indispensable de "calculatrice".

Trois femmes vont se distinguer :

 

Mary Katherine Dorothy a

Katherine Johnson, petit génie du calcul, va être envoyée en renfort dans la cellule de recherche scientifique. Seule contre tous, elle va devoir faire face à un monde masculin peu enclin à l'accueillir.

Mary Jackson n'a qu'une ambition : devenir ingénieur. Mais le système ne conçoit pas qu'une femme noire puisse atteindre cet échelon.

Dorothy Vaughan
, dirige l'ensemble des calculatrices. Visionnaire, elle comprend très vite que l'arrivée du premier ordinateur IBM va leur mettre des bâtons dans les roues. Elle décide de dompter la machine avant les informaticiens et d'en faire son atout.

 

 

Taraji P. Henson, Janelle Monae et Octavia Spencer se coulent à merveille dans ces personnages de lutteuses tranquilles mais tenaces.

Le film éclaire une face cachée de l'histoire de la NASA survolant l'histoire de la conquête de l'espace dans un contexte de guerre froide. L'arrivée de l'informatique, et du fameux IBM, ordinateur géant annonce le passage vers une nouvelle ère. Même si, on assiste à des moments savoureux tels que les ingénieurs IBM n'arrivant pas à mettre en route leur propre machine.

En parallèle, le film aborde la ségrégation et l'émancipation de la femme à travers des personnages forts. 

Un bel hommage rendu à ces femmes sans qui John Glenn, premier astronaute américain, n'aurait jamais pu aller dans l'espace !

 Olivia I. - Médiathèque Bonlieu

 

En savoir plus :

 OPAC Détail de notice