licorne ambroise pare aUne banale chute de cheval est à l'origine de ce texte de référence. En 1580, Christophe des Ursains, éjecté de sa monture, est gravement blessé. Ambroise Paré, appelé en urgence, sauve le gentilhomme.

Rétabli, celui-ci s'étonne que le premier chirurgien du roi n'ai pas eu recours au jus de momie, très en vogue à l'époque. Paré lui répond ce qu'il pense de ces sornettes. Des Ursains le presse de mettre son opinion par écrit, chose faite deux ans plus tard.

c etait mieux avant a


 

Bestiaire imaginaire et catalogue de monstres, ce livre témoigne des superstitions de l'époque, l'auteur raillant ces « incroyables croyances ». Paré est un érudit autodidacte, il ne sait pas le latin et écrit en français. Il commence sa carrière comme chirurgien-barbier, chargé de panser les plaies des blessés au front. 

Il parvient par sa renommée à imposer la chirurgie comme une branche de la médecine. Collectionneur de curiosités, il lutte aussi contre les impostures médicales. Ses armes sont la raison et l'expérimentation scientifique. Rendant visite à M. Chappelain, conseiller et premier médecin du roi, Ambroise Paré s'étonne que celui-ci n'ai pas pris la peine de détromper la population au sujet de ces remèdes.

Il lui répond que cela n'aurait servi à rien tant il est vrai que les hommes préfèrent leurs croyances à la vérité. Le médecin royal a préféré préserver sa carrière plutôt que son intégrité professionnelle. Ambroise Paré décide de prendre le parti des patients et devient l'un des premiers lanceurs d'alerte de l'histoire.


Renversade Raclure de corne de licorne aIl dénonce l'inefficacité des prétendus remèdes qui ne soulagent que la bourse des honnêtes gens et font la fortune des charlatans. L'ouvrage, initialement imprimé sous le titre Discours de la Momie, de la Licorne, des venins et de la peste, revient sur les coutumes rituelles et religieuses des peuples en matière d'embaumement. 

Séverine C. - Médiathèque Bonlieu

 Extrait :

« Davantage disait que tout homme qui entreprend à décrire des choses d'importance – et notamment de réfuter quelque opinion reçue de longtemps -, il ressemble au hibou ou chat-huant, lequel se montrant en quelques lieu éminent, se met en butte à tous les autres oiseaux, qui le viennent becqueter et courir sus à toute hâte. »

 

Vous souhaitez lire Le Discours de la Momie et de la Licorne : Pare a

Consulter l'édition de 1652 conservée dans le fonds ancien de la bibliothèque Bonlieu
Consulter ou télécharger l'édition originale sur Gallica
Emprunter la réédition de 2011

Sur le même sujet...

Découvrez la bande-dessinée La Licorne, dans laquelle Ambroise Paré mène l'enquête

Pour aller plus loin...

Découvrez les création de l'artiste chimérologue Camille Renversade