brillat savarin a"Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es"

À l'occasion de la semaine du goût, découvrez un ouvrage fondateur de l'art culinaire, présent dans nos fonds anciens.

c etait mieux avant

La physiologie du goût ou méditations de gastronomie transcendante... est publié à compte d’auteur à 500 exemplaires, en décembre 1825, deux mois avant la mort de son auteur : Jean Anthelme Brillat-Savarin. Il connaît un succès immédiat.

Les 20 célèbres aphorismes, passés pour certains dans le langage courant, ouvrent l’ouvrage : «Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es» ; "Les animaux se repaissent, l'homme mange ; l'homme d'esprit seul sait manger". Cet ouvrage est depuis lors toujours réédité et traduit.

Brillat-Savarin se livre à une analyse très poussée de la mécanique du goût. Il discourt sur la maigreur et l'obésité ou sur l'influence de la diète sur le repos.
Il traite son sujet comme une science exacte. Ainsi la gastronomie devient une science pluridisciplinaire qui a trait à l’histoire naturelle, la physique, la chimie, au commerce ou à l’économie politique. Mais il est aussi un conteur aux innombrables anecdotes, un défenseur de la gourmandise, au style élégant et non dépourvu d'humour.

 Frédérique A. - Médiathèque Bonlieu

Extraits :

"Un repas sans fromage est comme une belle à qui il manque un œil."

"Venez dîner avec moi jeudi prochain, me dit un jour M. Greffulhe, je vous ferai trouver avec des savants ou avec des gens de lettres, choisissez. Mon choix est fait, répondis-je ; nous dînerons deux fois. ce qui eut effectivement lieu, et le repas des gens de lettres était notablement plus délicat et plus soigné."

Vous souhaitez lire la Physiologie du goût ? 3 possibilités :

Consulter l'édition de 1873 présent dans le fonds ancien de la bibliothèque Bonlieu
Consulter ou télécharger l'édition originale sur Gallica
Emprunter une réédition de 2002

Pour aller plus loin... La vie de Brillat-Savarin

Sur le même sujet...

Voir Le festin de Babette

Lire Le cru et le cuit de Claude Levi-Strauss