Couv Ete diabolik 200px aCe roman graphique mêlant suspense et récit initiatique est un petit bijou. L'ensemble est servi par une illustration de grande qualité signée Alexandre Clérisse.

Les premières pages de L'été diabolik donnent le ton, l'illustration est sublime, le lecteur plonge dans les années 60, l'ensemble est pop et psychédélique.

Les dessins sont géométriques et colorés, tous plus flashy les uns que les autres. C'est un vrai régal pour les yeux.

L'histoire tourne autour d'Antoine, devenu adulte, mais toujours hanté par ses souvenirs d'adolescent et ce moment où tout a basculé. Ce jour là, il dispute un match de tennis et sa victoire est contestée par le père de son adversaire. La tension monte. Les évènements s'enchaînent : une course poursuite, un mort, l'apparition d'un espion russe et des incertitudes sèment le trouble dans la vie de cet adolescent de 15 ans.

 Diabolik planche a

Avec le récit des aventures amoureuses d'Antoine, profitant de cet été 67 pour succomber aux charmes d'une Américaine, on touche à la partie initiatique du roman. Toute l'imagerie vintage des sixties, à travers la joie de vivre de la jeunesse, l'émancipation de la femme (mini-jupe, robes pop, ...) et la libération des mœurs est retranscrite.

À cela s'ajoute l'intrigue policière autour du père d'Antoine et de cette figure masquée rôdant autour d'eux tel le Fantôme du Bengale. On est dans l'univers des espions tout en finesse tels James Bond et Arsène Lupin. 

En feuilletant les pages bonus, on découvre que l'auteur, Thierry Smolderen, était un grand fan de la revue Diabolik.

Montage diabolik soeurs Giussani 10x5 a

Cette revue créée par les sœurs Giussani dans les années 60, racontait les aventures de Diabolik , un criminel professionnel ayant la possibilité de se substituer à n'importe qui grâce aux masques qu'il réalise.
Tout s'explique ....

 

Olivia I. - Médiathèque Bonlieu

 

 OPAC Détail de notice