fabrication de la guerre civile Robinson a

Dans ce roman qui flirte avec l'étude sociologique, Charles Robinson déconstruit le mécanisme de fabrication de la guerre civile par le prisme de ses acteurs. La cité des Pigeonniers, déjà sujet du précédent opus, est aujourd'hui au cœur d'un ambitieux projet de rénovation urbaine, qui passera par la destruction de ses grandes tours.

 

Les habitants, qui doivent être relogés, s'inquiètent de leur avenir. Certains prennent les devants, d'autres espèrent être pris en charge. Certains, enfin, résistent aux pouvoirs publics qui tentent de les déloger. Charles est chargé d’enquêter dans le quartier qui l'a vu naître et grandir. Il s'embarque dans une sorte de retour au pays natal qui va le confronter au passé comme à l'avenir. Il retrouve ceux qu'il côtoyait à l'époque et fait la connaissance de la jeune génération.

 

Loin d'être un simple reportage, ce texte se lit comme un polar politique, le suspens est de mise et le scénario n'a rien à envier aux meilleurs films d'action. En marge du projet, c'est tout une société qui se dévoile. La faune des cités est variée, elle se compose en particulier de prédateurs, de caïds, d'habitants et d'officiels, mais aussi de quelques rares éveillés. Mais les apparences sont souvent trompeuses...

 

Charles Robinson a

 

On découvre ainsi la variété des destins qui se dissimulent dans ces bâtiments fatigués et les drames qui frappent sans distinction les uns et les autres. Dans ce monde où la liberté se réduit à la clandestinité l'avenir se dérobe sans cesse sous les pieds. Un roman aussi édifiant qu'envoutant, au style percutant, dans lequel l'auteur s'amuse à faire sens avec le corps du texte dans une inventivité graphique rafraîchissante. Charles Robinson fait œuvre d'utilité publique en éclairant les cités de ses lumières.

 

 Séverine C. - Médiathèque Bonlieu

 

Découvrez le teaser du roman

 

Extraits :

"GTA a raison pour les vies antérieures. Nous en avons tous. L'une d'elles s'appelle l'adolescence." (p. 61)

"Sans être passé par Sciences-Po Paris, Nanko sait des choses sur l'état de droit : un espace où personne ne t'aidera, mais où tu ne pourras pas non plus t'en sortir par toi-même, parce que les micro-activités sont interdites par des réglementations." (p. 78)

"On était la génération No Future. Mais c'était avant. Maintenant y'a pas de présent non plus." GTA (p. 111)

 

Retrouvez ce livre au catalogue

 

OPAC Détail de notice