vis couv philipp Meyer le fils aAmateurs de grandes épopées, laissez vous embarquez et revivez les affres de la conquête de l'Ouest  !

Nous sommes en 1836 : Américains, Mexicains et Indiens s'affrontent sur tous les fronts dans le sang et la violence, chacun cherchant à accaparer le territoire des autres.

Dans ce décor, Philipp Meyernous dresse le portrait, génération après génération de la famille McCullough.

Après avoir vu leur famille se faire torturer; Eli et son frère sont enlevés par les Indiens.

Si le frère ne résiste pas longtemps à ce traitement, Eli, fort de caractère, s'habitue et s'accroche à sa nouvelle condition. Adopté par la tribu, il devient un vrai Comanche.

Philip Meyer nous livre dans les moindres détails les codes et les mœurs des indiens, à la fois hymne à la nature et "appel" à la violence.

Le récit d'Eli, sans doute le plus captivant, est mené tambour battant dans un univers très dépaysant. 
Il alterne avec le journal intime de Peter son fils et l'histoire de Jeannie, l'arrière petite-fille.

Peter, épris de justice, en éternel conflit avec son père, vit dans l'ombre de celui-ci. 

Jeannie vit l'ère du développement de l'industrie pétrolière et compte bien bâtir un empire. On assiste ici à la poussée de l'industrialisation face à l'agriculture. 

Tous les ingrédients sont réunis ici pour vivre une saga de grande envergure, en un mot une pure merveille.

La narration est limpide à tel point que les 600 pages se lisent à vive allure.

En définitive, une très belle saga dont l'écriture remarquable fait réfléchir sur la condition humaine.

 

Olivia I. - Médiathèque Bonlieu

 

Extraits :

"Ce n'est que plus tard, une fois ses enfants adultes, qu'elle avait compris que c'est elle qui avait raison, que quand les gens s'habituent à avoir de l'argent pour rien, à ne travailler que quand ça leur chante, ils en viennent à trouver le travail dégradant. Ils cherchent désespérément à excuser leur paresse. Ils finissent par considérer les biens familiaux comme inhérents à la vie même, comme l'eau, l'air ou des draps propres." p76

"J'étais parmi eux depuis un an et les Comanches  me traitaient comme n'importe lequel des leurs, même s'ils m'avaient à l’œil, tel un oncle anciennement débauché qui a promis de se réformer." p153

 

OPAC Détail de notice

Pour les adeptes , profitez du texte en langue originale :

OPAC Détail de notice