En attendant Bojanglesok aOn ne doutait pas du poids des conventions sociales et du bonheur de leur désobéir. Le couple de personnages du roman En attendant Bojangles en font leur raison d'être. Ils ignorent les règles, abhorrent l'ordinaire, et considèrent le travail « comme une ânerie. »

 

Spectateur privilégié de cette vie excentrique, leur fils en est le narrateur. Son récit est limpide et musical comme le jazz dont ses parents l'abreuvent.

Sa candeur face aux enseignements de son ascendance si singulière est réjouissante, pleine d'à propos et de sensibilité. L'humour affleure et les non-sens foisonnent.

Mais de la folie douce à la démence il n'y a qu'un pas. Un grave incident entraîne l'internement psychiatrique de la mère du héros.

La voix de son père entrecoupe alors le récit, sur un ton plus réfléchi. Son histoire éclaire le passé : de la vie extravagante menée par le couple il n'a d'abord été que le suiveur, exalté par l'amour porté à son épouse. Son enfermement pourrait sonner comme une mise au pas, mais l'énergie des insoumis n'a rien perdu de son ardeur...

Ce premier roman est un bijou d'émotion contenue. Le récit, élégant et dénué de tout pathos, virevolte entre légèreté et tragédie. Olivier Bourdeaut sait faire entendre un propos discret mais puissant. Ses personnages incarnent sans frivolité ni désespoir l'existence euphorique mais périlleuse de ceux qui ont décidé de « botter le cul à la raison ».

Une réussite exemplaire.

 Stéphane A. - Médiathèque Bonlieu

 

Extrait :

"J'étais conscient que sa folie pourrait un jour dérailler, ce n'était pas certain mais, avec un enfant, mon devoir était de m'y préparer, il ne s'agissait plus désormais de mon seul destin, un bambin y serait mêlé, le compte à rebours était peut-être lancé. Et c'est sur ce "peut-être", que tous les jours nous dansions et faisions la fête."

 

 Retrouvez ce livre au catalogue :

OPAC Détail de notice