E. Larher aEntre roman d'apprentissage et roman d'espionnage, une mise en abyme audacieuse pour un premier roman inclassable.

Erwan Larher sera à l'honneur cette saison, dans le cadre de Litt'inéraire. Venez le rencontrer et découvrir sa sélection, tout au long de l'année...

 

Erwan Larher met en scène Léopold, un jeune homme aussi brillant qu’orgueilleux, né d'une famille aimante qui nourrit de grands espoirs dans son avenir. Mais malgré un parcours universitaire parfait le jeune homme ne parvient pas à trouver d'emploi, son savoir se révélant complétement inadapté au monde dans lequel il évolue... 

Les années qui passent accroissent encore cette déception, lui qui est persuadé d'être écrivain mais semble ne rien écrire devient peu à peu cette "bombe fragmentée de frustration" qui menace à tout instant d'exploser. Sous les airs bravaches de Léopold on devine la souffrance, à la mesure des attentes déçues, d'une génération sacrifiée, farcie d'un savoir qui se révèle d'une consternante inutilité dans le monde du travail, allant même jusqu'à constituer un handicap. Imbue de lui-même, misogyne, chaque trait agaçant du personnage recèle et révèle une fracture, une blessure restée ouverte...

 

Alors que le jeune homme s’apprête à vivre son dernier jour dans l'entreprise de multimédia, département livres, qui l'exploite depuis quelques mois, il va sans le vouloir se retrouver embarqué dans une sombre histoire de complot mondial. Sans perspective d'avenir et sans autre désir que celui d'écrire pour devenir célèbre, Léopold va en quelque jour basculer dans un autre monde, un monde dans lequel les patrons sont abattus de sang-froid, un monde dans lequel un ancien camarade de fac refait surface sous l'identité douteuse d'un certain "Popper, le roi du pain d'épistémologie", un monde dans lequel deux mystérieux agents de la sécurité du territoire s'intéressent d'un peu trop près à ses activités...

 

Un roman dans lequel on découvre le ton caustique, la plume nerveuse et l'esprit critique de l'auteur, mais aussi son talent de conteur et d'analyste avec ce texte dans lequel il imprime d'emblée son style : écriture ciselée et sens de la formule viennent étayer une réflexion poussée sur les dérives du monde contemporain et sur les liens ténus entre fiction et réel, fantasme et vécu.

 

Erwan Larher sera notre invité tout au long de la saison, dans le cadre de Litt'inéraire, carte blanche à Erwan Larher - Entrée libre, bibliothèque d'agglomération Bonlieu

Découvrez ici le programme complet.

 


Séverine C. - Médiathèque Bonlieu

 

Extraits :

 

« Je suis une bombe...
Fragmenté de frustrations.
Vous m'avez gavé de savoirs, vous m'avez infiltré de connaissances, puis vous m'avez jeté sur votre marché du travail, lesté de bagages mais sans rien ni personne pour me guider, avec en guise de boussole un impératif sans cesse instillé par vos médiatiques nervis : réussir.
Je me suis perdu, il va de soi.
Je ne me suis même peut-être jamais trouvé.
Maintenu en dehors de votre monde - à la lisière tout d'abord, puis imperceptiblement de plus en plus loin à la périphérie - je me suis mis à le haïr. Vous avez fait de moi un rebelle au lieu d'un petit soldat.
Je voulais bien jouer le jeu mais les rôles étaient déjà distribués.
Alors je m'en suis écrit un.
S'il n'y a plus de révolutions, j'en inventerai.
Je suis une bombe...
Fragmenté de frustrations.
Et j'ai rencontré des artificiers. »

 

« La petite salle du haut est bondée. Beaucoup de rires très sonores, d'exclamations extasiées, de fumée, on parle de tout et de rien, surtout de rien, faisons semblant de nous amuser, oublions que nos vies sonnent creux, qu'elles ont une fin mais pas de but, aucune utilité pour quiconque, juste un troupeau de mammifères coruscants, au moins aussi décérébrés que ceux composant l'autre partie du troupeau, celle qui admire, celle qui envie, pas l'intelligence et la générosité, pas la capacité à faire le bien ou à faire évoluer l'humanité, non, qui admire et envie la médiatisation de ses semblables privilégiés, voilà le rêve commun, l'idéal, pas être quelqu'un de bon, de digne, non, être connu, même pas reconnu pour un talent quelconque, juste connu, comme ça, dans le vide, sans raison, la médiatisation se suffit à elle-même, pas besoin de légitimation... (p. 271) »

 

 

OPAC Recherche Simple