arthur h soleil aPour son 16e album, Arthur H a été enregistrer à Montréal, ville qu'il qualifie, « d'endroit chaud et inspirant », où il y retrouve son énergie et sa tribu (notamment celle liée à l'univers de la chanteuse Lhasa, décédée en 2010 mais toujours présente dans l'esprit de l'artiste) d'où ce Soleil dedans, ce feu, cette lumière intérieure que chacun possède. C'est donc là-bas qu'il a trouvé l'inspiration pour un album empreint de poésie sur des mélodies pop seventies.

Arthur H c'est avant tout, une voix particulière, rocailleuse et inclassable, qu'il n'hésite pas cette fois-ci à moduler et à faire monter dans les aigus comme dans sa chanson De l'autre côté de la lune ou Une femme qui pleure. Résultat fluide et emprunt de légèreté.

Son album comprend quelques clins d’œil au groupe Pink Floyd avec notamment le titre In the dark side of the moon (référence au huitième album du groupe) ou encore ce bruit de caisse enregistreuse qui fait office d'intro dans La caissière du super, référence à leur chanson Money.

Adepte des textes simples et minimalistes, il aborde les thèmes d'actualités qui l'interpellent comme les clandestins ou la mondialisation, notamment avec sa chanson à connotation sociale : La caissière du super qui « bosse pour son boss » et se retrouve inlassablement épiée par les caméras du patron.

Comme il l'indique en interview il aime rapprocher ses textes avec la poésie. « J'ai un regard poétique sur les choses en général. Les clandestins, comme la caissière du supermarché, sont des gens invisibles. Le regard passe sur eux, sans s'arrêter. J'essaie de regarder tout le monde de la même façon. Et le supermarché, c'est un endroit qui est tellement habituel qu'on est presque incapable d'en voir toute sa folie et sa démesure ! »

Un album à tester pour son côté inclassable et poétique...

Olivia I. - Médiathèque Bonlieu

 

 OPAC Détail de notice