deepend aRedécouvert à l'occasion d'une rétrospective dédiée à Jerzy Skolimowski, qui réalise en 2010 Essentiel Killing, Deep End ressort en salle en 2011, puis en dvd, grâce aux éditions Carlotta.

 

Invisible plus de 40 ans malgré un succès immédiat lors de sa sortie en 1970, Deep End fait partie des films qui ont su capter l'atmosphère du « swinging London » de la fin des années 60 : Londres, capitale de la pop culture, de la mode et de la jeunesse libérée.

 

Le thème du film, mais aussi son graphisme pop aux couleurs vives, ses plans sophistiqués, ses personnages spontanés et comme pris dans un élan qui les dépasse, les musiques rock (de Can, de Cat Stevens, qui réalise une partie de la bande originale), s'accordent avec l'air du temps.

Cette nostalgie d'une époque est aujourd'hui d'autant plus savoureuse que derrière les apparences, avec une certaine crudité et une bonne dose d'humour noir, Skolimowski expose une société en réalité vieillissante, matérialiste et perverse.

 

Un« grand plongeon » (« deep end ») dans l'âge adulte poétique et sensuel qui revisite subtilement les chimères d'une génération.

 

 

Retrouver en bonus du dvd, un bel hommage d'Etienne Daho au film.

 

Mathilde C. – Médiathèque Bonlieu

 

 

 

 

 

 

OPAC Détail de notice