affiche novarinaL'art contemporain à la conquête de l'espace... Aviez-vous seulement pensé la chose possible ?
L'artiste Eduardo Kac oui ! Il a imaginé la première création conçue dans l'espace et pensée pour ce milieu.
Intitulée "Télescope Intérieur", elle a été réalisée par l'astronaute Thomas Pesquet durant la mission Proxima de l'Agence spatiale européenne.

Faite de papier et construite en deux parties, l’œuvre forme, selon le point de vue, le mot "MOI" et la représentation d'un être humain.
C'est ainsi l'humanité dans l'espace qui est symbolisée, une humanité évoluant dans une nouvelle dimension, libérée de la gravité terrestre.

Cette œuvre papier, fragile, n'a de sens que dans l'espace, l'apesanteur étant indispensable à son maintien.

Les dernières minutes du documentaire montrant Thomas Pesquet en action se révèlent contemplatives. Dans un silence total, les morceaux de papiers découpés flottent en apesanteur autour de lui.
Puis c'est l’œuvre qui évolue à sa guise dans l'espace de la station, vivant par elle-même et révélant ses deux significations selon son mouvement. Elle est d'ailleurs justement qualifiée de "poésie de l'espace" par Gérard Azoulay (responsable de l'Observatoire de l'Espace du CNES).

Le décalage entre l'apparente simplicité de l’œuvre et le côté ultra moderne et scientifique du milieu spatial est trompeur. Elle a en effet nécessité dix ans de travail pour sa mise au point, sa symbolique et son message prévalant sur son esthétique.

Peut-être Eduardo Kac a-t-il posé les jalons d'un nouveau type d'art ?
Les prochaines années nous le dirons...

 

 

Jessica C. - Médiathèque Bonlieu