livre guerre koch mediatheque annecyC'est en parcourant les rayonnages des réserves de la Bibliothèque consacrés à l’histoire du livre – riche fonds documentaire (bibliothéconomie) pour lequel nous publierons prochainement un catalogue en ligne – que je suis tombé sur un ouvrage en lien avec l’actualité des commémorations du 11 novembre.

Sous cet étrange titre, ce livre est publié au sortir de la première guerre mondiale par les éditions Honoré Champion, maison spécialisée dans les ouvrages d’érudition en sciences humaines (fondée en 1874 et qui existe toujours).
Ce volumineux ouvrage de 428 pages comprenant 144 reproductions photographiques en noir et blanc, s’ouvre sur une très courte préface du Maréchal Foch et une introduction qui, rapidement, dissipent toute interrogation sur la substance du sujet.
L’angle d’approche de La Grande Guerre, par un bibliothécaire américain (Théodore Wesley Koch), est inhabituel dans la somme d’ouvrages toujours publiés sur le sujet.

livre guerre page mediatheque annecyEn 1917, l’Association des Bibliothèques Américaines, en réponse à la sollicitation du Ministère de la Guerre américain, s’engage dans la création de Bibliothèques de guerre – les Etats-unis viennent alors de rentrer en guerre. L’objectif est de fournir à 4 millions 1/2 d’hommes mobilisés livres et revues, dans un but récréatif mais aussi pour l’enseignement et le développement de l’usage de la lecture. L’ouvrage décrit minutieusement cette formidable « machine de guerre » mise en place principalement en France, dans les garnisons et hôpitaux militaires. Il évoque l’organisation en amont de cette opération, avec notamment les collectes organisées aux États-Unis. Il relate aussi naïvement la vie des soldats à travers l’usage qu’ils font des livres et journaux qui leur sont prêtés, comme le montre ce court extrait (page 117) :

« Un simple soldat qui rapportait un livre avec du retard s’excusait ainsi : je suis fâché de vous avoir fait attendre, mai je l’ai prêté à un ami qui, à son tour, l’a prêté à un copain (…) Les pertes résultant du service fait par la poste étaient incroyablement peu nombreuses et les bibliothécaires disaient que le pourcentage de celles qui étaient dues à la faute des soldats étaient négligeables. Ils citaient le cas d’hommes (…) portant des livres en plus de leur équipement pendant des jours et des jours en attendant qu’ils pussent trouver un endroit pour les renvoyer par la poste. Ils montraient encore un télégramme adressé par un jeune soldat soucieux d’observer les règles, mais qui désirait garder son livre deux semaines de plus (…) »

7 millions de livres, sans compter les innombrables revues et journaux, ont circulé grâce à ces fameuses Bibliothèques de guerre. Et si le retour à la vie civile de tous ses hommes n’a pas forcément laissé perdurer leurs habitudes de lecture autant que l’auraient souhaité les initiateurs du projet, ce qui a changé profondément, c’est une nouvelle idée de la lecture publique. Les bibliothécaires, stimulés par l’organisation d’une telle opération et son succès, se sont durablement engagés dans une politique volontariste d’accès à la lecture pour tous.

Nous vous invitons à consulter ce livre au bureau du 1er étage de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu.

Les références de l’ouvrage sont :

Les livres à la guerre, Théodore W. Koch, Fonds Bibliothéconomie, cote : BIB 027.6 KOC

Vous avez aussi la possibilité de lire le texte de ce livre en ligne ci-après, via le site Internet Archive (association open library américaine). Ou télécharger directement le fichier PDF de l’ouvrage complet (31Mo).

Les livres à la guerre (Edition de 1920) – Traduit par Abel Doysié

 

Bernard D. – Médiathèque Bonlieu

Pour aller + loin :
– Lisez cet article du Bulletin des Bibliothèques de France de 1960