revengeAvec le film "Revenge", de la réalisatrice danoise Susanne Bier, parlons de rédemption, de violence ici ou là-bas, de racisme et d’amitié…

Là-bas, un médecin humanitaire sauvant (ou non) des malades ou des victimes d’un homme particulièrement cruel, dans un pays africain (au passage, dommage que l’on n’évite pas le cliché de l’homme blanc providentiel, adulé par les enfants…).

Ici (en l’occurrence le Danemark), le début d’une amitié enfantine sur fond de harcèlement pour cause de racisme envers les Suédois (nous touchons ici du doigt l’absurdité du racisme, car ignorant les références historiques ou sociales, celui-ci nous paraît totalement incongru).

Là-bas ou ici, une histoire de vengeance, qui met aussi en perspective nos « petits » soucis d’Occidentaux (un enfant harcelé, deux hommes qui s’affrontent à coup de paroles et de gifles) avec les catastrophes humanitaires des pays pauvres permettant en toute impunité à un psychopathe d’éventrer des femmes enceintes et de mutiler mortellement des fillettes…

Mais finalement tout cela a de l’importance pour chaque protagoniste, et la tension va croissant, la colère s’en mêle, la mort en embuscade, et puis le pardon, possible ou impossible…

Les enfants acteurs (Markus Rygaard et William Jøhnk Nielsen) jouent remarquablement bien, les relations familiales, à fleur de peau, sont rendues très finement, et Mikael Persbrandt, qui joue le médecin, campe à merveille cet homme droit dans ses bottes et ses convictions, et qui essaiera jusqu’au bout de rester fidèle à ses valeurs de non-violence.

Le film a reçu l’Oscar 2011 du meilleur film étranger et le Golden Globe 2011 du meilleur film étranger.

 

Christelle C. - La Turbine

 

OPAC Détail de notice